Une première série d'ateliers marquée au sceau de l'extraordinaire :

Au lycée Bossuet, trois lycéennes internes nous offrent leurs murmures pour recréer dans toutes ses dimensions l'installation de Carl Hurtin, juste pour nous…

À Mouchan, l'Osse en crue emporte l'œuvre fragile d'Aurélie Barbey et de Laura Ruccolo juste avant l'atelier ! Il pleut, il n'y a plus rien à voir, nous sommes deux, une participante rescapée arrive avec trois quarts d'heure de retard car le GPS l'a déroutée, nous sommes deux puis trois puis deux, et, réfugiées dans l'école, face à face autour d'une table d'enfant, nous mettons nos mots dans les pas l'une de l'autre… c'est une belle rencontre.

À l'Espace Saint-Michel, un jeune homme très curieux, très sympathique au demeurant, mais surtout très bavard, vient animer la découverte des œuvres de Sophie Rigal et Karine Veyres ; impossible de s'en défaire !

À Monluc, c'est la propriétaire elle-même qui vient interrompre l'atelier au beau milieu d'un poème de marche, commençant par demander que l'on s'en aille ! Puis, s'adressant à Véronique qu'elle a prise pour l'animatrice ! Finalement elle nous laissera profiter jusqu'au bout des magnifiques yeux de Violaine Dejoie Robin, et du somptueux point de vue qu'offre le parc du château.

Autre château, autre ambiance : à Lagardère, c'est la tempête qui nous confine sous une tente pour écrire. L'intensité des pigments utilisés par Framboiz Ruiz et Titi Visconti, le fracas de l'orage, tout concourt au sublime pour cet atelier de l'extrême !